MUSEE D’ETHNOGRAPHIE

Le bâtiment reprend l’idée des bastions démantelés sur lesquels il se trouve : c’est un mur en pierre sèche, où les volumes pleins correspondent au programme (salles d’exposition, auditoire, cafétéria, faculté universitaire etc.), tandis que les vides servent à la circulation, à la fois à l’intérieur du bâtiment et, à l’extérieur, à travers celui-ci, de la ville basse vers la rue Sturm.
Les matériaux utilisés – béton, acier, verre – le sont, de plus, à l’échelle de l’appareillage, à l’instar d’un mur bâti de pierres disparates.
Le dépôt servant à la voirie municipale est traité comme un parasite au programme principal, auquel, semi-enfoui dans la pente du terrain, il tâche de se greffer.