TRIANGLE DES PERVENCHES

Il s’agit d’une insertion, mesurée, d’ordre mobilier, d’un objet unique à son échelle, dominé par des voisins dont il adopte, dans son articulation, les axes divergents, les multipliant comme pour mieux s’en démarquer.
Autour, un premier geste l’a précédé, entre façades voisines et entre rues, qui a vu aplanir / enrober / affleurer toute disparité pour unifier ce lieu irrésolu : on a redonné sa cour à un îlot enfin reconstitué.
Et le contraste est net entre ces deux étapes, l’une minérale et uniforme, l’autre organique, irrégulière. Entre notre sujet et son cadre, son socle, l’opposition vient, sans effort, évoquer, dans les craquelures d’un macadam urbain, l’émergence d’herbes folles.